Salarié(e)s & membres du Comité d'entreprise

Le Carnet d'annonces avec actionnariat des salariés, et actionnariat populaire, pour sauvegarder les emplois si l'entreprise est pérenne

Actionnaires minoritaires & Actionnaires majoritaires

Dans un Carnet d'annonces ouvert à l'épargne de proximité, les actionnaires sont dilués mais sauvegardent l'entreprise ; les intérêts des créanciers sont aussi sauvegardés. En cas de cession ou liquidation, les actionnaires perdent la totalité de leur investissement

collectivités locales

Sauvegarder des entreprises régionales à fort potentiel de croissance et donc sauvegarder des emplois
En étant partenaires avec l'association SOS Dépôt de Bilan, les collectivités peuvent aider à la pérennité des PME

Définition www.FinanceCirculaire.fr selon Love Money et CiiB



La finance circulaire accompagnée des Carnets d’annonces des entreprises devient l’unique outil pour la sauvegarde du développement de l’économie des Terroirs de la France profonde avec leur Affectio Sociétatis local.




Il s’agit, en France, de recycler les ressources de productions des investissements financiers de manière durable sur des modèles économiques circulaires locaux.

La finance circulaire territoriale consiste à maitriser l’épargne des Français afin de faire bénéficier le développement de son territoire par ses investissements en évitant de participer financièrement aux placements financiers qui ont des finalités extra territoriales.

Cette épargne des ménages, inutilisée ou mal utilisée, soit dort sur les comptes bancaires, inemployée, soit est orientée et placée sur des assurances vie, livret A, fonds d’investissement ou autres outils financiers qui éloignent ces liquidités du développement économique ou industriel des territoires. Il faut les sortir des fiches financières et les réorienter sur les entreprises et initiatives entrepreneuriales locales (après étude de leurs perspectives et réelle rentabilité, pérennité et de retombées économiques local).

Le seul moyen, pour investir sans intermédiaire, inemployé à ce jour, pour associer les citoyens avec les initiatives entrepreneuriales de la finance circulaire est- à ce jour un outil digital : le Carnet d’Annonces. Qui nécessitera ensuite la mise en place d’un réseau de professionnel à l’échelle nationale, voir Européen.

Contactez-nous si vous pensez être en mesure de participer à quelque niveau que ce soit à ce mouvement de la finance circulaire pour passer de la finance sans issue inemployée au recyclage des capitaux inemployés ou mal utilisé (tel 0142461173) vers la www.FinanceCirculaire.fr




Communiqué du 03 septembre 2021

Les salariés ne font pas seulement que revendiquer
Ils sont prêts à s’organiser pour reprendre leur entreprise
Encore faut-il leur faire connaître les moyens de financement appropriés


Trois entreprises en cours de reprise par leurs salariés

Les reprises pourraient être finalisées ou pas fin 2021, avec ou sans CiiB


Une équipe de CiiB dédiée aux entreprises en difficulté présente actuellement son savoir-faire aux salariés de trois entreprises en difficultés.
Pour toutes trois, les salariés cherchent le moyen de reprendre leur ex-entreprise, en voie soit d’être mise en liquidation, soit d’être déjà liquidée ou mise en vente. Cependant, à ce jour, CiiB n’a pas été officiellement mandaté pour apporter son expérience aux salariés.


1. Fonderie MBF Aluminium

Basée à Saint-Claude, dans le Jura, ayant employé jusqu'à 800 salariés avec un chiffre d'affaires de 60 M€, a été liquidée au mois de juillet.


Un groupe de salariés envisage la création d’une Scop pour acheter les actifs qui seront mis aux enchères. Ils ont jusqu’au 15 octobre pour proposer un plan crédible de rachat.

Les travailleurs de MBF Aluminium en pleine manifestation.

2. Papeterie de Bègles

Basée à Bègles, en Gironde (33), le groupe belge Etex à qui appartient la société, a décidé de liquider cette usine, tout simplement car elle n’entre pas dans sa stratégie financière.


Le site a été contraint de fermer ses portes au mois de mars, les salariés ont été licenciés.
Un groupe de salariés a créé l’association avenir papeterie Bègles pour racheter l’entreprise à Etex. Ils cherchent à mobiliser toutes les forces possibles pour réussir à reprendre et relancer l’activité avec 100 emplois pour commencer. L'association estime avoir besoin de 10 millions d'euros pour financer le projet qu'elle a baptisé « Origami ». Il est envisagé de créer une Scop, une société coopérative ou une Scic (société coopérative d'intérêt collectif) pour relancer la production début 2022.

Aperçu de la papeterie de Bègles.

3. Fonderies du Poitou

Basé à à Ingrandes, dans la Vienne (86).


La période d'observation des Fonderies du Poitou Alu, sous-traitant automobile en grande difficulté dans la Vienne, a été prolongée de septembre à décembre, le temps d'essayer de trouver de nouveaux débouchés et de potentiels repreneurs Les salariés n’ont pas encore arrêté leur volonté de reprendre l’entreprise ou de participer avec un repreneur candidat à la reprise est à la recherche de fonds propres

Vue aérienne des fondéries du Poitou.

Limites de la Scop & méconnaissance de l’actionnariat populaire

Les salariés de MBF aluminium et les salariés de Papeteries de Bègles vont chacun tenter de créer une Scop et pas une SAS. Selon notre expérience, ce choix rend difficile voire impossible pour une Scop de trouver suffisamment de capitaux en fonds propres pour démarrer et surtout de retrouver d’autres capitaux un an plus tard pour se développer, voir plus encore au-delà si nécessaire pour être crédible auprès des fournisseurs ou des clients. En effet les structures scop n'ont pas droit de faire d’appel public à l'épargne, alors que c’est faisable pour une SAS avec pour chacun une Minibourse exclusive pour leurs actions.
Si après avoir fait notre étude de faisabilité, il s’avère que nous avons acquis la conviction des chances de retour à des résultats positifs et pérennes de MBF, nous pensons alors possible de faire appel à l’épargne locale des 9 000 habitants de Saint-Claude qui par ce fait sauveront l’activité économique de leur village.

Avis de notre expert en fonderie


MBF à Saint-Claude, tout comme Fonderie de Bretagne, Fonderie du Poitou, GMD (fonderie), sont en difficultés pour les motifs suivants :
Absence de compétitivité, tensions sociales récurrentes. Les clients en ont assez d’être pris en otage pour des revendications politiques ou sociales, par conséquent ils ont mis en place des plans à 10 ans pour sortir de la dépendance de leurs sous-traitants.

A ces facteurs, vous ajoutez une baisse des besoins avec le passage du thermique à l’électrique, et le bilan est simple : il y a trop d’acteurs.
Enfin, dernier point et non des moindres : les clients ne respectent pas leurs engagements. Ils vont s’engager sur 5 à 10M€ de CA et ils vont en donner 3…. Et les pertes vont continuer.

Donc en synthèse, sauf implication des salariés et moyens financiers, ainsi que recherche de compétitivité des prix et qualité des services, sans marché porteur avec des clients qui s’engagent, toute ambition est alors vouée à l’échec sur le long terme (3 à 5 ans), entrainant un retour à la case départ avec toute la perte de crédibilité qui va avec.


Pour la Papeterie Bègles la même démarche locale, et pour les fonderies du Poitou, il est nécessaire de connaitre la position des salariés et du candidat repreneur Brea System.
En ce qui concerne le concept Minibourse digitale appelé aussi Carnets d’annonces c’est une démarche d’actionnariat populaire innovante, méconnue des entreprises, méconnue de leurs conseillers, méconnue du public. Afin de découvrir ce concept issu des bourses régionales des années 80 cette équipe de CiiB est en mesure de faire des formations présentielles ou en visio-conférence pour les salariés, les conseillers d’entreprises, les Sanclaudiens et autres habitants des régions des entreprises concernées.

Version pdf!


Exemple Reprendre l’actif d’une entreprise comme MBF besoin entre 2M€ et 4 M€ (l’épargne locale reste sur le territoire)


Une solution nouvelle pour trouver des associés : la « Finance circulaire des particuliers ».


Cela consiste à orienter l‘épargne locale des ménages disponible non plus sur des assurances vie, livret A, fonds d’investissement ou autres, mais sur les entreprises locales (après expertise de leurs perspectives de rentabilité et de pérennité) lorsqu’elles en ont besoin. Cela peut se réaliser grâce à un Carnet d’annonces qui permet d’acheter et/ou revendre des actions entreprises d’associer les habitants en achetant des actions des entreprises locales.


Les habitants du village de Saint Claude pourront ainsi compléter l’apport des salariés de MBF et permettre, si nécessaire, de trouver alors une subvention ou un financement bancaire complémentaire qui bouclera l'opération.


Un exemple :
Supposons l’actif MBF à reprendre au liquidateur que le prix s’élève à 1,5M € et que les besoins de tresorerie pour la première année se montent à 2M €, soit un besoin total pour réussir l’opération de 3,5M €.

Supposons que les salariés ne disposent personnellement (ou avec des aides, des prêts personnels ou autres...) que de 300 000 €, Il leur sera difficile, voire impossible, de trouver le financement complémentaire si les salariés n'apportent que 300 000 € pour cette opération.
Il ne reste qu'à trouver des amis, de la famille, mais aussi parmi les habitants du village de Saint Claude des habitants qui accepteront d’en être actionnaires, si une étude sérieuse démontre que l’entreprise a des chances de repartir et de réaliser des bénéfices, de distribuer des dividendes, être pérenne et pouvoir alors revendre les actions.

L’épargne locale pourra constituer avec les salariés une société. (exemple ci-dessous) Habituellement dans l'exemple ci dessus pour reprendre une entreprise il faut donc disposer au moins de la moitié de la somme pour trouver ensuite un financement bancaire qui complétera l'opération.


Dernières nouvelles

Quelle sortie de crise du COVID pour les entreprises en difficulté ? Avec un grand rebond, un simple rebond, pas de rebond ? Dépôt de bilan ?


La sortie du COVID 19 pourrait aussi annoncer le retour du capitalisme populaire relancé par CiiB qui s’était amorcé dans les années 80 déjà grâce au CiiB avec 10 millions d’actionnaires direct dans les entreprises aujourd’hui tombé à 3 millions.

Avec la crise des opportunités d’investissements dans les TPE PME ETi locales se sont créées et existent ou se font jour pour l’actionnariat populaire local à l’aide du concept des Carnets d’annonces locaux du CiiB.

Les entreprises dont les difficultés financières sont uniquement dues au COVID 19 n’ayant pas de difficultés structurelles et ayant des perspectives réelles de développement et des pérennités sont l’exemple type d’entreprises dans lesquelles l’actionnariat populaire local peut s’acclimater et investir avec un minimum de risque.

L’occasion est unique, en effet, après en moyenne 2 mois d’’arrêt d’activité soit près de 15 % de chiffre d’affaires perdu les résultats d’exploitation pour l’année 2020 passeront au rouge avec la trésorerie de ces entreprises exsangue, la valeur des actions se trouve en théorie, au vue des résultats prévisionnels, au plus bas historique alors que sur le long terme les perspectives ne sont pas cassées si ces entreprises peuvent faire des augmentations de capital et retrouver des moyen financiers

Ces entreprises vont chercher à effacer l’impact négatif sur leur trésorerie, sur leur investissement et leur développement en essayant de lancer une augmentation de capital malgré un prix d’actions au plus bas.

Les aides apportées par l’Etat devront être complété car celles-ci ne pourront pas, pour les entreprises de croissance, tout financer : la trésorerie, le capital (les fonds propres), les investissements, la recherche, le développement etc. N’oublions pas qu’il faudra les rembourser.

La question est de savoir si ces entreprises ont toujours, après la crise, le même potentiel et velléités de croissance et de pérennité : Le document de présentation synthétique de l’entreprise réalisé par CIIB pour l’augmentation de capital donnera les indications utiles et ne présentera que les dossiers positifs.

www.actionnariat-capitalisme-populaire.fr...

Notre équipe

Les fondateurs de l’association SOS Dépôt de bilan sont à l’origine de l’association Love Money qui vise à orienter l'épargne de proximité vers les TPE & PME locales à fort potentiel de croissance et de création d'emplois (site www.love-money.org) et de CIIB (www.ciib.fr).

En 1982, Jean SALWA a créé la société C.I.I.B (Conseil en Ingénierie et Introduction Boursière des PME-PMI)

Techniques de financement innovantes

Les fondateurs de l’association SOS Dépôt de Bilan ont imaginé et réalisé les premières opérations de Rachat d’Entreprise par les Salariés.

En complément de financement, la réalisation d’augmentations de capital ouvertes au public permet aux entreprises en retournement, et ayant de réelles perspectives de croissance, de :
- renforcer leurs fonds propres
- conserver leur pleine indépendance de gestion

Nos 35 années d'expérience ont permis de mettre en place des techniques de financement innovantes.

Notre savoir-faire s'adapte aux dirigeants, et à leurs conseillers habituels, à condition d'avoir une forte détermination de retournement de situation et la volonté de faire grandir l'entreprise.

Nos partenaires

- CiiB SA (Conseil en Ingénierie et Introduction Boursière des PME-PMI)

- Association Love Money Security (Protection et orientation des actionnaires individuels dans les PME régionales)

- Blog Financement Participatif en actions négociables

Vos propositions de partenariat : Tél. 01 42 46 11 73

  •  
  •  

Entreprises en difficulté, vous avez une question ou besoin d'un diagnostic personnalisé ?

Tél. : 01 42 46 11 73.
Après un premier diagnostic de la situation de votre entreprise grâce aux informations que vous voudrez bien nous communiquer, à l’aide du formulaire de premier contact, nous vous proposerons de réaliser une étude de faisabilité sur la capacité de votre entreprise à mettre en place un plan de continuation et/ou à réaliser une opération de RES. Le cas échéant en y associant une ou plusieurs opérations d'augmentations de capital, avec ou sans appel public à l’épargne.